Et si l’Afrique m’était Contée


Il était une fois une jeune fille malade. Dans des temps reculés, cette demoiselle se portait à merveille. A une époque lointaine, elle était vive, souriante, et pour beaucoup elle ne pouvait être que bénie des dieux. En dépit de son jeune âge, nombreux sont ceux qui la trouvaient intelligente. On venait de fort loin pour la consulter, et percer le mystère de sa sagesse. C’est ainsi que se produisit l’acte sacrilège, celui-dont-il-ne-faut-prononcer-le-nom.

De ce jour-là, rien ne fut plus jamais pareil. Que dire : avant sa majorité, elle fut mariée de force à un étranger dont les coutumes lui étaient totalement inconnues. Elle fut en plus violée, sans égard aucun pour son âge et sa frêle constitution. Son mal était désormais installé. L’étranger l’utilisa tant et tant qu’il s’en détourna et finit par la quitter.

Ainsi, faible et détruite, elle perdit toute envie de se battre. Revenir la belle et pimpante jeune fille qu’elle avait été était désormais futile. Dans sa famille, tous se penchaient abattus autour de son lit. Certains attendaient avec anxiété un décès rapide, persuadés qu’ils pourraient en tirer quelque bien. D’autres essayaient à coups de perfusion, de la maintenir en vie, conscients que sa mort précipiterait la leur.

La jeune fille vit encore, figée entre ciel et terre, désormais persuadée que les dieux ont à jamais déserté son corps. Cette jeune fille s’appelle AFRIQUE. Et si l’Afrique m’était contée, ainsi pourrait se raconter son histoire. On pourrait en écrire des milliers d’autres, qui seraient tous marqués par des moments forts que j’ai souhaité mettre en exergue plus bas.

En 1958, le mot « indépendance » résonne dans tous les esprits, comme dans ceux des héros de  Remember Ruben.Cette œuvre de Mongo Béti parue en 1974, raconte l’histoire de Mor-Zamba, personne ordinaire qui de par ses rencontres va se retrouver au cœur de la grande aventure indépendantiste au Cameroun.

La décennie 60-70, voit le soleil des indépendances briller  à son firmament. Nombreux sont ceux qui comme Kofi- Marc Tingo, ont foi en des lendemains meilleurs. C’est le personnage principal de L’initié d’Olympe-Bhêly Quenum. Ici les luttes de pouvoir, la corruption mais aussi l’affrontement entre tradition et modernité, l’espoir et la difficulté du mariage mixte sont des thèmes phares, et très ancrés dans leur époque.

Les années 90 sonnent les cloches du désenchantement. La gabegie installée dans un grand nombre de pays appelle au multipartisme, aux premiers mouvements de contestation des juridictions établies. Au Nigéria, le mal est profondément ancré, devenant le centre d’un conte d’un nouveau genre,  « Un amour dangereux »,œuvre magistrale de Ben Okri

Les années 2000, le 21ème siècle est celui de l’exil, de la misère galopante en apparence chronique, mais aussi celui de l’espoir. Dans le Médicament, Senouvo Agbota Zinsou décortique nos quotidiens d’africains, d’immigrés et d’humains face à la violence de l’étranger.

Toute belle histoire africaine a son guide, son conteur, son griot. Dans notre patrimoine, j’ai désigné des individus uniques, qui nous marquent/nous auront marqué et ont d’une certaine façonné cette Afrique pour nous accompagner. Ainsi, L’ère des indépendances aura pour porte-flambeau l’illustre Ruben Um Nyobe. Des personnages tels que Sékou Touré ou Silvanus Olympio ont accompagné leur pays dans leur difficile marche de jeune nation. Quelques décennies plus tard, à l’heure où le soleil semble se coucher pour l’Afrique, un Nelson Mandela sait nous redonner espoir. De même sur ses pas, de nombreux combattants célèbres ou inconnus se battent aujourd’hui pour une Afrique Libre. Aminata Traoré en fait partie.

Une histoire d’Afrique pour dire non à l’oubli, non à la peur, non au découragement et oui à la construction. Je vous raconterai cette belle histoire vous l’aurez compris en plusieurs chapitres. LAMPEDUSA encore à l’esprit, je commencerai par la fin. Stay Tuned

Quels personnages ont selon vous marqué l’histoire africaine, quels sont vos moments forts ? Nous attendons vos commentaires.

.ImageXoXo,

AKS♥

12 responses to “Et si l’Afrique m’était Contée

  1. Pingback: Ruben Um Nyobe, Portrait! | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

  2. Pingback: Aminata Traoré, femme du futur | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

  3. Pingback: Ruben Um Nyobe, Portrait! | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

  4. Pingback: Le Médicament, Sénouvo Agbota Zinsou. | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

  5. Pingback: Sekou Touré vs. Sylvanus Olympio | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

  6. Pingback: Aminata Traoré, femme du futur | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

Discussing is more fun

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s