Une si longue lettre-Mariama Bâ


Bien longue doit être la lettre qui parvient à elle seule à faire l’objet d’un roman entier. Le roman de Mariama Bâ, porte de ce fait très bien son nom.

« Une si longue lettre » est le roman d’une vie, celles de Ramatoulaye Fall et de sa meilleure amie Aïssatou Ba. Au hasard des quarante jours de veuvage, imposés à la mort de son mari, l’héroïne principale choisit le mode épistolaire pour faire une pause et revoir le fil de la vie bien remplie qu’elle a vécu jusque là.

En effet, Ramatoulaye est une femme d’exception. Femme sénégalaise, musulmane, fervente pratiquante, elle est aussi l’une des premières femmes institutrices dans son pays au lendemain des indépendances. C’est une lettrée, une intellectuelle qui n’en demeure pas moins très respectueuse des us et coutumes propres à sa caste et à sa religion.

Dans cette lettre d’un autre genre, elle expose ses joies, ses peines et les dures réalités de la condition féminine. Il y est question pêle-mêle, de tabous, d’éducation, de polygamie, d’indépendance et de dignité présente partout et en tout.

Au regard de la vie et du parcours trépidant et atypique de l’auteure Mariama Bâ, on pourrait penser à un roman autobiographique. L’écrivaine a, en effet grandi dans une famille mulsumane stricte. Fille de ministre, elle fera ses preuves à l’école française, et deviendra institutrice. Elle sera mariée trois fois, aura de nombreux enfants et parviendra à divorcer d’un mari député puis ministre. Au vu de son parcours, elle s’engagera dans la protection de la condition féminine. Elle mourra en 1981 des suites d’un cancer, peu longtemps après la sortie de son deuxième livre.

Qu’elle soit romancé ou autobiographique, l’œuvre de Mariama Bâ atteint son objectif. C’est un roman universel, inoubliable et agréable à lire. Il parle de choses qui comptent, il énonce des faits qui ont du sens. Il nous apprend qu’il n’est pas facile d’être une femme en Afrique, ni dans le monde de façon générale. Il nous apprend aussi que les opportunités de se démarquer demeurent nombreuses.

Dignité, respect et tolérance en sont les maîtres mots.

Une belle lecture pour garder vivant l’esprit de la « journée des Nations unies pour les droits de la femme et de la paix internationale » instituée depuis 1977 et plus communément appelée « Journée internationale de la femme ».

Vous avez aimé, vous connaissiez le livre ? Votre avis compte !!!

XoXo
AKS♥

une si longue lettre- MariamaBa

1ère de couverture- Collection “Motifs’- Editions “Le Serpent à Plume’- 2001.

One response to “Une si longue lettre-Mariama Bâ

  1. Pingback: Que reste t-il après le 8 Mars? | La Bibliothèque qui ne brûle Pas·

Discussing is more fun

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s