Amkoullel, l’enfant peul- Amadou Hampâté Bâ


Chers “Bibliovores”,

Mémoires d’une vie, mémoires d’enfance, mémoires d’une époque. Amadou Hampâté Bâ était sans aucun doute un homme de talents, un homme de lettres, un véritable historien, un griot vivant.

Ses mémoires, publiées en deux tomes (Amkoullel, l’enfant peul & Oui Mon Commandant!) à titre posthume après son décès en 1991, sont un coffret plein de souvenirs qui nous ouvrent les portes de la connaissance du peuple Mandingue dont il fait partie et de ses belles traditions. Il nous fait découvrir le Mali de l’époque coloniale.

Amkoullel, l'enfant peul

Amkoullel, l’enfant peul

Dans le 1er tome, « Amkoullel, l’enfant peul » de loin le plus apprécié, il nous raconte sa vie sous l’œil de l’enfant qu’il a été. Il y a deux jours, je mentionnais dans ces colonnes, le fait qu’en Afrique, l’enfant est le fruit de la communauté en Afrique et pas seulement de son père et de sa mère. L’éducation reçue par Amkoullel (tel qu’on le surnommait petit) découle de cette maxime. Il quittera très tôt le sein de sa mère pour être élevé par un oncle. Il devra très tôt la part des choses entre l’éducation française, coloniale, nouvelle et l’école coranique, ancestrale et traditionnelle. Au début du 20ème siècle, il nous démontre par son parcours le jeu d’équilibriste qui était celui de tout Africain voulant s’intégrer dans les deux mondes. En effet, l’affrontement intellectuel entre les traditions et le régime colonial étaient sans pareil.

Au-delà de ses considérations “politico-philosophiques”, ce roman a fait pour moi office de livre d’histoire des peuples et de manuel de savoir-vivre. J’y ai appris le sens et l’importance des mots « gentillesse », « humilité, « respect des aînés ». J’ai fait un tour au sein des rites et traditions des tribus peules, et ait eu le beau sentiment de les connaître un peu mieux. Je crois vous avoir déjà fait comprendre, combien le rire était important pour moi. Il me semble que je partageais ce bonheur avec Mr. Hampâté Bâ car « Amkoullel, l’enfant peul » est truffé d’anecdotes burlesques, servant parfois à faire la critique douce du système environnant.

Au travers de ses mémoires, Amadou Hampâté Bâ a fait sienne sa belle citation « Un vieil homme est une bibliothèque qui brûle ». Il s’en est allé à l’âge de 91 ans, mais il a pris soin de faire perpétuer sa bibliothèque au travers de ses mémoires. « Amkoullel, l’enfant peul »  a pour moi valeur de symbole. C’est un livre-phare de ma bibliothèque, un livre d’histoire, un conte digne des plus grands griots, un précis anthropologique ou encore un recueil de beaux mots juste pour rire. A chacun sa définition, mais nul doute que chacun d’entre vous y trouvera son compte. Je vous invite instamment à le découvrir et c’est avec grand plaisir, que j’ai eu l’honneur de célébrer Mr. Hampâté Bâ, mon inspiration !

XoXo,

AKS♥

Discussing is more fun

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s