“Mémoires de Porc-Epic”, Alain Mabanckou.


Un titre pareil ne pouvait que capter mon attention tant il est de prime abord original, mais qu’il est aussi curieux et assez drôle. En le lisant, on a tout de suite envie, du moins, j’ai eu tout de suite envie d’en savoir plus sur cet animal qui à l’instar d’hommes plus ou moins connus, souhaite nous faire partager sa vie, le récit de son existence. C’est ainsi qu’à la vue des « Mémoires de Porc-Epic », j’ai instantanément été saisi de curiosité. Il s’agit là du premier livre d’Alain Mabanckou que j’ai lu, et il ne sera pas le dernier. Il n’est jamais trop tard pour explorer le travail d’un bon auteur me direz-vous…

« Mémoires de Porc-Epic » est une œuvre particulière, tant elle est sombre, drôle et triste à la fois. C’est le voyage dans la vie d’un petit être vivant, petit de taille, mais grand d’esprit et doté d’un pouvoir certain. C’est le parcours d’un porc-épic, dont l’existence sur terre est liée à celle d’un maître, au rythme duquel il vit, dont les cœurs battent à la même cadence, dont les douleurs, les joies, les peines sont mutuelles, mais surtout dont les crimes sont communs.

Kibandi, maître du porc-épic, est un jeune garçon né d’une famille modeste, vivant à Mossaka, ville de la Cuvette, au Congo. Il y mène une enfance paisible auprès de ses parents, ne se souciant de rien à part vivre sa vie dans l’innocence et l’insouciance qui caractérisent cette période. Ce calme plat sera rapidement interrompu par une initiation dont il sera l’objet, par le biais de son père, Papa Kibandi. Ce dernier, est un homme d’apparence calme, assez désinvolte mais revanchard. Il sillonne les nuits, les recoins de la région, agissant dans le noir, tuant à l’aide de son double, quiconque se dresse dans la journée sur son chemin. A son fils, il transmettra ce pouvoir, ce « don » de tuer aussi subtilement. Par l’intermédiaire du « Mayamvumbi », sorte d’ambroisie qui finit de sceller la transmission des pouvoirs au jeune Kibandi, il fait de lui son digne successeur, celui qui à l’insu de sa propre mère, deviendra un tueur cynique, invétéré et sans remords.

Kibandi se trouve donc ainsi affublé d’un porc-épic, qui sera son double maléfique, son double nuisible comme il aime à s’appeler. Celui-ci ne sera jamais loin. Il sera son fidèle compagnon, toujours invisible et discret, mais répondant présent lors de l’accomplissement des besognes mortelles dont son maître le chargera. Le porc-épic vit ainsi au fil de la vie de Kibandi, une vie intrépide, jonchée de corps, qui tombent les uns après les autres, de manière toujours aussi mystique. Des morts qui surviennent sans maladie, sans agonie, sans souffrance connue, qui sont le fruit pourri d’une revanche toujours accrue de la part de Kibandi qui drogué au Mayamvumbi et affublé d’une ombre maléfique et cruelle qui a toujours plus soif de sang, sèmera la mort, toujours et encore, jusqu’à ce que son appétit et sa soif de sang toujours grandissants, le conduisent sur le chemin de redoutables jumeaux, qui mèneront un combat tout aussi mystique que la vie qui a été la sienne, dans cette nouvelle contrée de Séké-Pembé, où il s’est établi.

La lecture de « Mémoires de Porc-Epic » nous replonge dans cette partie sombre et inconnue de l’Afrique, celle dont on a tous entendu parler, mais que nous ne maîtrisons pas vraiment. C’est le déroulement d’histoires souvent entendues, de morts inexpliquées et inexplicables, de sorcellerie, de forces occultes dont certains auraient la maîtrise et dont ils ne se servent que la nuit tombée. Ce sont des symboles tel que le Baobab, maître de la forêt et confident du Porc-Epic. C’est l’histoire d’une vie imposée, au jeune Kibandi, qui a eu le malheur de naître d’une lignée telle que la sienne.

On termine la lecture de ces pages avec de la tristesse, on traverse les pages en frémissant, en ayant peur parfois, en riant jaune, en se demandant, et si tout ça était vrai ? Question à laquelle on n’a pas vraiment envie d’avoir une réponse.

Cédric B.

6 responses to ““Mémoires de Porc-Epic”, Alain Mabanckou.

  1. noooooooooooooooooooooooooooooo…….tu en as trop dit… pour les peureuses comme moi c’est raté…. je ne le lirai pas. J’ai un ami à moi qui est trop fan de cet auteur… donc si tu devais me recommander un autre livre de lui ce serait lequel? (un qui fait pas peur hin).

    Peace

    Like

Discussing is more fun

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s